Matériaux

Les roches utilisées comme matières premières pour la fabrication de meules à grains correspondent généralement à des matériaux assez spécifiques, qui auront des qualités certaines d’abrasion, de résistance ou de mise en œuvre. Plus rarement des meules sont aussi connues dans des matériaux en apparence peu aptes à cet usage : qu’il s’agisse de roches trop peu résistantes, trop massives, trop friables, etc.

Mais de façon statistique, les principales roches observées sont des roches sédimentaires (essentiellement des grès, mais aussi des conglomérats, des calcaires, des calcaires gréseux, des meulières) et des roches magmatiques (des granites et assimilés ou des basaltes et assimilés), possédant une certaine rugosité de surface.

Dans les corpus archéologiques, même si les grès semblent numériquement dominer les autres pierres, les roches meulières forment souvent des ensembles assez cohérents, où se rencontrent des panoplies de faciès-types, parfois spécifiques aux régions, contextes ou périodes. On peut citer par exemple l’emploi pouvant être surprenant de calcaires vacuolaires à l’époque protohistorique en Champagne et Picardie, le grès de Fosses Belleu pour les meules antiques d’Ile-de-France et du centre du Bassin de Paris ou encore la meulière, dont l’usage semble se généraliser dans le nord de la France dès la période médiévale.

La base de données du Groupe-Meule reconnait 7 grandes catégories de matériaux meuliers : les grès et conglomérats, les calcaires, les meulières, les rhyolites, les basaltes et roches volcaniques assimilées, les granites et roches magmatiques assimilées et les roches métamorphiques. Ces grandes catégories roches meulières permettent de bien caractériser la variabilité des corpus à l’échelle nationale et sur une large période chronologique. Pour des études plus régionales ou sur une période plus restreinte, il est ensuite bon de préciser les différentes appellations-types de pierres meulières employées afin d’être plus précis dans les résultats.