Groupe Meule

Le Groupe-Meule vise à faire fructifier les échanges entre archéologues et géologues sur la thématique des meules et des techniques de broyage à partir de données issues de l’archéologie nationale. Le projet d’étude des moulins s’inscrit ainsi dans des thématiques vastes, qui concernent les meules depuis leur extraction dans les carrières jusqu’à leur abandon sur les sites archéologiques, comprenant les étapes de façonnage, de transport, d’utilisation et d’entretien.

Les meules nous informent sur l’histoire des techniques, sur l’économie et sur l’organisation des sociétés anciennes. Durant une longue période, de 5500 av. J.-C. à nos jours, plusieurs types de moulins se succèdent : les moulins va-et-vient, les meules à trémie et enfin les moulins rotatifs (manuels, hydrauliques ou à sang). L’analyse fine des caractéristiques technologiques de ces meules permet d’aborder les techniques de fabrication et l’organisation économique de la production, les évolutions chronologiques et les spécificités régionales, ainsi que les réseaux de circulation.

Pour aborder ces questions, une dynamique d’échange et de collaborations mobilise depuis 2005 de nombreux archéologues et géologues au sein du « Groupe Meule ». Ce projet à vocation nationale fonctionne depuis 2008 sous la forme d’un Programme Collectif de Recherche. Il mobilise près d’une quarantaine de chercheurs de toutes institutions. Après deux premières années d’existence appuyées par la DRAC et le SRA de Midi-Pyrénées en 2008 et 2009, le PCR a été soutenu par la DRAC et le SRA de Champagne-Ardenne entre 2010 et 2013.

Les premiers résultats de ce projet ont été présentés dans les actes du colloque qui s’est tenu à St Julien-sur-Garonne en 2009 (Buchsenschutz et al. 2011), et plus récemment lors du colloque de clôture du programme en Champagne-Ardenne, qui s’est tenu à Reims du 15 au 17 mai 2014 et dont les actes sont sous presse (supplément à la Revue Archéologique de l’Est).

Les données sont consultables sur demande afin de développer les échanges entre chercheurs des régions françaises et étrangères. Toute personne qui souhaite participer est invitée à contribuer à l’enrichissement de la base.